DynaMOT – Dynamique des transferts et effets des micropolluants organiques persistants dans le fonctionnement d’une tourbière alcaline en restauration

Début 2018

Fin 2020

Numéro de l'action A58

Thème Flux polluants, écotoxicologie, écosystèmes (FPEE)

Site OHM Vallée du Rhône

Ce projet interdisciplinaire se propose d’intégrer par une approche muticompartimentale l’évolution à deux ans de la dynamique de transferts des micropolluants du sol vers les eaux de ruissellement, la nappe, la végétation et l’atmosphère, en lien avec le gradient hydrique et la restauration d’une zone humide. Ce projet devra permettre d’évaluer l’évolution et le devenir des phytosanitaires présents dans les différents compartiments étudiés (Objectif 1) et d’identifier les mécanismes de réponse de la végétation et des communautés microbiennes liés aux différentes contraintes environnementales (Objectif 2). Le site sélectionné représente à ce titre un bon modèle d’étude car situé en Chautagne et donc intégré à l’hydrosystème fluvial rhodanien. Territoire multi-enjeux, la Chautagne et ses marais alcalins représente la plus grande zone humide de Savoie d’intérêt national. Cet ancien site agricole de 60 ha ayant fait l’objet de 30 années de culture du maïs est destiné depuis 2016 à être renaturé en prairie naturelle humide (zone tourbeuse alcaline) grâce à une restauration hydrologique par comblement des drains à l’aide de la tourbe du site. Le« décapage » du sol qui en résulterait pourrait également induire des effets biogéochimiques, par la remobilisation de pesticides archivés au sein d’une matière organique nouvellement mise au contact de l’atmosphère (émissions), du milieu aqueux (solubilisation, transport) et induire de nouvelles biodisponibilités pour les végétaux et microorganismes. Avant la phase « physique » de la restauration prévue pour 2018, une phase d’étude préalable avant-restauration a été réalisée en 2016 par le CEN (financement FEDER, Agence de l’eau). Elle comprend notamment des données pédologiques, hydrologiques, floristiques, et faunistiques. Dans ce cadre une étude préliminaire sur les polluants a été réalisée (projet tuteuré de master) qui a révélé un gradient de contamination au métolachlor entre le nord et le sud de la parcelle.

Projet de recherche Zabr, soutenu par l'agence de l'eau RMC

Soutien : Agence de l’Eau RMC

Coordination : Geneviève Chiapusio

Équipe pilote : UMR CARRTEL, Inrae

Bouton retour en haut de la page